Caractéristiques de l’Islande

Organisation politique

L’Islande est  une république parlementaire monocamérale (système parlementaire à une seule chambre). Le Parlement, l’Althing, est composé de 63 parlementaires renouvelés tous les 4 ans et se trouve à Reykjavik. Le plus souvent, des coalitions sont formées pour former un gouvernement dirigé par un Premier Ministre, car rarement des majorités absolues se dégagent du vote. Lors des principales élections (législatives), le pays est divisé en 6 circonscriptions électorales. Les membres de l’Assemblée sont alors élus au suffrage universel direct (les électeurs votent directement pour leurs parlementaires sans passer par un représentant qui votera à leur place), et le scrutin effectué est proportionnel plurinominal (le nombre de députés est proportionnel aux nombre de bulletins, et ce dans chaque circonscription). Seuls les partis ayant reçu plus de 5% des suffrages dans une même circonscription, obtiennent un siège à l’assemblée.

Il est nécessaire d’avoir 18 ans pour pouvoir voter à ces élections.

mLe président islandais Ólafur Ragnar Grímsson

Le Président de la République est lui aussi élu tous les 4 ans au suffrage universel. L’actuel président se nomme Ólafur Ragnar Grímsson. Il exerce cette responsabilité depuis 1996.
En Islande, le Président dispose de pouvoirs limités ; il a le plus souvent un rôle honorifique, sans réel pouvoir exécutif. Selon la Constitution, il entérine le choix de nomination faits par les partis politiques majoritaires à l’Althing. Il nomme les ministres et préside leur Conseil.
Les ministres assument le pouvoir exécutif.
Le chef du gouvernement est le Premier Ministre.
La coalition actuelle, élue en 2013, est composée du Parti du Progrès (libéral) et du Parti de l’Indépendance (conservateur). Sigmundur Davíð Gunnlaugsson, meneur de cette coalition, est le Premier Ministre Islandais depuis 2013.

tab1Production du groupe (Données : Site internet du Sénat (senat.fr))

Le parti de l’Indépendance (19 sièges) et le Parti du progrès (19 sièges) sont alliés, ce qui leur permet d’obtenir la majorité des sièges à l’Althing.
Ils disposent en effet de 38 sièges sur 63 soit une majorité de disposant de 60 % des sièges.

 

En 2011, une nouvelle Constitution a été rédigée, devant remplacer celle en vigueur depuis l’indépendance du pays en 1944.  Ce changement politique majeur s’inscrit dans les chamboulements provoqués en Islande par la Révolution des Casseroles en 2008. Toutefois elle ne fut pas appliquée.

 

Les principaux partis politiques de l’île sont :

  •   Le parti de l’Indépendance est le principal parti politique de l’île ; il est considéré comme étant de droite, conservateur et opposé à l’entrée de l’Islande dans l’Union Européenne.
  • Le parti du Progrès est une formation de centre-droit, libérale et agrairienne. De fait, il recueille une majorité de ses suffrages dans les campagnes. Le premier ministre islandais actuel en est membre.
  • Alliance est un parti social-démocrate ; il est le principal parti politique de gauche en Islande. Toutefois depuis les élections législatives de 2013, il semble en perte de vitesse avec seulement 9 députés à l’Althing. Alliance est un des rares partis pro-européens en Islande.
  • Le Mouvement des Verts et de la Gauche est un parti socialiste et écologiste, issu d’une scission avec Alliance en 1999. Ce parti prône la sortie de l’OTAN et se déclare contre l’entrée dans l’Union Européenne. Le score de ce petit parti avoisine le plus souvent les 10 %.

International 

L’Islande est membre de l’OTAN et de l’OCDE.

En juillet 2009, l’Islande a demandé son adhésion à l’Union Européenne. Toutefois, à la suite des élections législatives de 2013, sa candidature s’est retrouvée gelée. En effet, la population étant majoritairement contre l’adhésion, le gouvernement Islandais annonça le retrait de sa candidature. Ce retrait a été décidé par le gouvernement, sans référendum ni vote au parlement, malgré les protestations de l’opposition.

L’Islande est malgré tout membre de l’Espace Schengen, du Marché Unique Européen et de l’Espace Economique Européen (EEE). Par conséquent, elle autorise la circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes en provenance de l’UE.

Economie

L’Islande est un pays riche si l’on se rapporte à sa population. Le PIB était de 39 525 euros par habitant en 2014, tandis que celui de la France était seulement de 32 227 euros  (L’écart est de 7 298 euros en faveur de l’Islande). Toutefois, le PIB du pays reste faible avec seulement 12,87 milliards d’euros en 2014, comparé à celui  de la France qui était de 2132,4 milliards d’euros à la même époque (source INSEE), soit un écart de 2 119,53 milliards.

 

L’économie islandaise était traditionnellement et prioritairement tournée vers la mer. Aujourd’hui encore, la pêche et la transformation des produits marins représentent 60% de ses exportations.

La géothermie est sa principale source d’énergie, issue de sa géologie unique et de son hydrographie abondante. Cette source d’énergie, totalement renouvelable et peu chère, permet à l’Islande de produire une très grande quantité d’aluminium, qui à lui seul a représenté en 2011, 15% de son PIB.  Le secteur touristique est lui aussi très important. Presque un million de visiteurs étrangers se sont rendus en Islande en 2014, attirés par sa nature exceptionnelle et par ses étendues sauvages. Ainsi l’activité touristique a représenté 5,9% du PIB islandais en 2012, contre environ 4% de la moyenne du PIB européen relatif à ce secteur (soit un écart de 1,9 point de pourcentage environ en faveur de l’Islande).

 

Forte de ses richesses naturelles et de leur bonne mise en valeur, jusqu’en 2008, l’économie islandaise était florissante, à l’image de son secteur bancaire qui s’était fortement développé en surfant sur une politique d’endettement et sur le gonflement du bilan de ses 3 principales banques. C’est ainsi que le secteur tertiaire s’est fortement développé dans le pays depuis les années 2000.                                            Mais en 2008, la crise des subprimes a provoqué la faillite des banques, entrainant dans sa chute l’économie du pays. La dette du pays a fortement augmenté atteignant, 92,8 % de son PIB en 2012. Depuis lors, elle diminue passant à 85,9  en 2013 et 81,2% en 2014 soit une diminution de 4,7 points de pourcentages.

 

La situation actuelle semble toutefois s’améliorer et se stabiliser.

La monnaie islandaise est la Couronne Islandaise, appelée Króna.

Un euro correspond actuellement à 140 couronnes islandaises. La couronne a été fortement dévaluée depuis 2008, malgré les risques d’inflation, pour rendre attractifs à l’export les produits islandais et intéresser un plus grand nombre de touristes à venir visiter l’île.

 

tab2Production du groupe (Données : Banque Mondiale)

Selon la Banque Mondiale, en Islande, en 2013, pour 100 points de PIB, il y en a 6,8 qui proviennent du secteur primaire, 23,4 qui sont issus du secteur secondaire, et enfin 69,7 sont le fruit du secteur tertiaire. Par conséquent, la part du secteur tertiaire représente plus des deux tiers du PIB total, mais aussi 2,97 fois la part du secteur secondaire et près 10,25 fois la part du secteur primaire dans le PIB de l’Islande.

On peut voir que la part des secteurs d’activité dans le PIB islandais est comparable à ceux des autres pays post-industriels. Un secteur du tertiaire prépondérant, avec un secteur secondaire bien moins important qu’auparavant et un secteur primaire en déclin.

Le secteur tertiaire est mené par les activités bancaires, touristiques et de transport qui ont profité de la mondialisation des échanges pour se développer à l’Internationale. De manière analogue, les services en général ont profité de l’élévation du niveau de vie des islandais ces dernières décennies.

Le secondaire repose sur la production d’aluminium qui s’est beaucoup développé durant la crise, considéré par beaucoup comme une des nouvelles pierres angulaires de l’économie islandaise. Ce choix a été âprement discuté puisqu’extrêmement polluant. Le trop plein d’énergie produit grâce aux ressources géothermique en Islande coûte peu chère, raison pour laquelle des grandes entreprises internationales établissent leurs activités dans le pays en raison des coûts de production moindre.

Le secteur primaire est essentiellement constitué de la pêche de poisson qui a représenté durant de très nombreuses années une des seules ressources islandaises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s